About Peter Bultink

Ovni, magicien, poète, troublant, émouvant, parfois flippant… Tels sont les mots que l’on entend le plus souvent au sujet de Peter Bultink.

Artiste et créateur dans l’âme, tout commence pour lui en 2004, lorsqu’il remporte, haut-la-main la Biennale de la Chanson française avec sa formation qu’il a modestement appelée l’Orchestre du Mouvement Perpétuel.

Un premier album éponyme sort sous le label indépendant Parsifal.

Originaire d’Ostende, le charismatique chanteur débarque alors sur les scènes francophones accompagné d’un pianiste virtuose, et déballe ses chansons qui laissent tout le monde sans voix. Une musique rythmée, répétitive, hypnotisante, douce et puissante, accompagne la voix exaltée de Peter Bultink. L’Orchestre du Mouvement Perpétuel termine 3ème lauréat au Festival de Montauban, et est sacré Coup de cœur de l’Académie Charles Cros l’année suivante.

Très rapidement, telle une évidence, la coopération avec une section rythmique (basse et batterie) s’impose. Il se lance alors dans la création du deuxième album de l’Orchestre du Mouvement Perpétuel : « The All & Nothing Show ». L’album est le résultat d'esquisses électroniques et de samples créés par Peter Bultink et retravaillés en collaboration avec le producteur Serge Feys (T.C. Matic).

A l’écoute du disque, et encore plus à la vue du spectacle, on se laisse émouvoir, ensorceler, tirer, emporter loin. Tout et son contraire, à l’endroit à l’envers.

« Dans cette puissance musicale contemporaine, il y a un intimisme brechtien qui fait que Peter Bultink est l’ovni le plus éblouissant de la chanson, époustouflant, fabuleux et unique. » Marc Tison, France.

Après des dizaines de dates de concert en Belgique, France, Suisse et le Canada depuis la sortie de son premier disque, Peter Bultink décide, en 2008, de laisser à nouveau libre cours à son intarissable inspiration.

Ayant acquis une belle aisance sur scène et une notoriété très positive, l’artiste se remet à créer et se produit maintenant sous son propre nom.

Peter Bultink sur « Aux larmes, citoyens », son 3° album :

En septembre 2008, je me suis donc retiré dans les profondes Ardennes belges, sans ordinateur, avec seuls une guitare acoustique et un enregistreur multipiste, pour écrire les bases d’ « Aux larmes, citoyens ».

Et me voici, deux ans plus tard…Deux années intenses, avec beaucoup de nouvelles rencontres: le grand monsieur Baloji, les Gysel Sisters (Zita Swoon, Arsenal), le superbe batteur Sam Gysel… eh oui, 5 belges avec des racines congolaises… Il y a également des retrouvailles: d’abord la co-écriture des textes avec mon meilleur ami Jobert Van In et la mère de mes 2 filles, Pauline Tilmant.

Pour la musique, j’ai retrouvé mon ami SüberdoG avec qui j’avais déjà écrit, en 2001, « XL », l’indiscutable morceau phare de l’Orchestre du Mouvement Perpétuel.

2013 Nouvel Ep, nouveau tournée